Opinions, analyses

Les Femen perturbent Eropolis : une méthode controversée au service d’une cause juste

[Article publié le 28/03/13, sur Le Plus Nouvel Obs : http://leplus.nouvelobs.com/contribution/807464-les-femen-perturbent-eropolis-une-methode-controversee-au-service-d-une-cause-juste.html]

Ces derniers temps, les actions « choc » des Femen se sont multipliées et ont contribué à offrir à ce groupe féministe, une place de premier ordre sur la scène médiatique.

Hier encore, ces femmes incarnaient un symbole de la liberté féminine et officiaient sous les vivas de l’intelligentsia politico-médiatique. Mais cette intelligentsia les décrie aujourd’hui, semblant même prendre un certain plaisir à participer à leur mise à mort médiatique. Tel est le paradoxe médiatique qui consiste à lyncher ce que l’on a contribué à mettre en lumière (et vice-versa).

Les Femen ne sont pas là par hasard

Il est vrai que la forme de leurs actions coup de poing (visant à créer la surprise, en faisant irruption topless dans des manifestations et/ou lieux symboliques) peut prêter à controverse. Il est vrai aussi que leur omniprésence médiatique peut également agacer et donner à penser qu’elle finit par occulter les causes défendues par d’autres associations féministes, beaucoup moins relayées dans les médias.

Mais de là à réduire l’action des Femen à de simples caprices de décérébrées hystériques et incultes, arrêtons cinq minutes : ces femmes ne sont pas là par hasard.

S’il fallait encore s’en convaincre, de nombreux documentaires, comme par exemple le vertigineux : « Aliaa la révolutionnaire nue« , offrent un petit rappel indispensable, sur les motivations – un  peu trop souvent et facilement éludées – de ces femmes qui militent pour préserver leurs droits et leur dignité.

Notamment Aliaa, la jeune féministe soutenue dans son combat par les Femen, qui avait posté une photo d’elle nue sur son blog, non par perversité, mais bien pour dénoncer l’oppression des femmes en Egypte.

Cette convergence de nudité, observée entre militantes de tous pays, de tous âges, de toutes cultures et de toutes religions, n’est pas un hasard non plus. Elle reflète, au contraire, un véritable élan collectif et solidaire. Les Femen ne sont donc pas des activistes singulières, isolées dans leur propre combat.

L’action des Femen à Eropolis avait un sens

En cela, il est désolant de voir certains balayer ce nécessaire et noble combat, d’un seul revers de main, au prétexte que celui-ci vienne bousculer leur petit train-train quotidien. Comme le fait, par exemple, l’auteur de ce billet, affairé à « couvrir » l’évènement  Eropolis, salon de l’érotisme et de la pornographie qui se tenait le week-end du 23 et 24 mars au Bourget, et qui s’offusque de ce que l’intrusion des Femen ait complètement « gâché la fête ».

Mais si l’action des Femen a troublé votre fête des sens, Mr Géniole, c’est navrant, certes, mais c’est que, précisément, cette action avait… un sens. Pardon. Tout occupé que vous étiez à savourer le déroulement de ce salon de l’érotisme branché et bobo, du porno chic et policé, vous n’avez pas vu le rapport avec les slogans scandés par les fauteuses de trouble : « Rape culture », « Porno Mafia »  et « autres clichés du genre ».

Et bien ! Soit vous êtes du genre naïf, à vous laisser abuser par les paillettes et les dorures de façades qui cachent la misère, soit vous feignez d’ignorer l’envers du décor et sa triste réalité : trop souvent, la pornographie met en scène la femme, de façon dégradante. Et dans l’univers pornographique très machiste – quoi qu’on en dise – la femme est encore trop systématiquement humiliée et réduite à une condition d’objet sexuel.

Il est d’ailleurs amusant de noter qu’il semblait – à vous lire – n’y avoir dans ce salon, que des intervenants féminins (actrices X, stripteaseuses, vendeuses de littératures érotiques). Comme si les acteurs (au sens large du terme) de la pornographie ne pouvaient être que des femmes, et les spectateurs, que des hommes.

Coïncidence ou non, également, on ne pouvait trouver meilleure photo en illustration de votre billet, que ces deux femmes collées l’une à l’autre, évocatrices coquines d’un fantasme typiquement masculin.

J’ai même frôlé l’asphyxie

L’utilisation de fumigènes par les Femen vous a choqué ? Soit. Les stades de foot en sont remplis, brandis par des supporters particulièrement engagés, non pas pour défendre des droits fondamentaux, mais pour une simple victoire, parfois un simple point, au sujet de ce qui reste un jeu.

Je dois vous avouer que, moi, ce n’est pas un fumigène des Femen, qui a failli m’étouffer. C’est votre billet. Pour tout dire, j’ai même frôlé l’asphyxie, rien qu’à la lecture de son titre : « Odeur de sexe, violence des Femen et charme d’une actrice X ».

Plus qu’une odeur de sexe, je dirais plutôt qu’il plane comme un relent de néo-conservatisme, sous des dehors modernes et progressistes. Car avouons-le, la « violence » des Femen, ainsi opposée au « charme » d’une actrice X, c’est un peu le « Je ne suis pas raciste, j’ai une amie tchadienne plus noire qu’une Arabe » de Nadine Morano. Autrement dit : « Je casse de la Femen, oui, mais attention j’aime les femmes, regardez, je suis capable de m’émoustiller devant une actrice porno ».

Aucune trace, d’ailleurs, dans votre billet, d’un début de « retranscription » des propos « intelligents » et « réfléchis » de cette actrice X, dont vous faîtes pourtant mention avec une habile démagogie qui masque à peine votre condescendance. Non. Vous avez jugé plus utile (vendeur) de nous narrer le caractère excitant de son parfum, d’insister sur la beauté de son corps et réduire cette personne à son apparence, plutôt que de mettre en avant ses idées.

L’allusion à votre érection est déplacée

Quant à votre allusion finale, sur l’érection que cette « chanceuse » a déclenchée chez vous… Elle est non seulement déplacée, mais elle en dit long sur ce que vous semblez avoir retenu de votre entretien « intelligent » avec cette femme.

Cela étant dit, on peut aisément concevoir que recueillir les confidences (à « quelques centimètres seulement de son visage » et confortablement « installé sur un canapé », vous précisez bien) d’une actrice porno sexy, épanouie et heureuse de son sort – et surtout qui ne se plaint pas, elle – soit effectivement plus propice à un début d’érection, que l’attaque de femmes qui pourrissent votre libido, à coup de revendications « superflues ».

On peut concevoir enfin, que les Femen puissent diviser, quant à leur méthode. Mais il est inconcevable, en revanche, de céder à la facilité du discrédit et du déni de leur combat, et par là-même de celui de tant d’autres femmes, qui militent – ne vous en déplaise – pour sauvegarder leur intégrité physique et morale, et bien plus encore : pour leur droit à exister en tant que telles.

Publicités
Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s