Opinions, analyses, Uncategorized

« Adopte un curé » : la campagne racoleuse et hypocrite de l’Eglise Normande.

 

Image

« Adopte un un curé » : Telle est la nouvelle trouvaille de l’Eglise Normande pour relancer les dons en faveur du denier du Culte. S’inspirant du site de rencontres « Adopte un mec », cette campagne choc a pour but d’inciter la jeunesse chrétienne à mettre la main au portefeuille.

Regarder le clip de lancement de Adopte un curé sur You Tube

Dans ce clip publicitaire « divin », pas de sermon dogmatique ni d’oraison sentencieuse. Un jeune curé, soutane affriolante et physique à mi-chemin entre gendre idéal et prince charmant (un acteur, précise Le Point) qui n’attend, mesdames, mesdemoiselles, plus que vos dons pour s’offrir à vous corps et âme.

Et hop, fantasme féminin de la soutane à peine suggéré… Au diable vœux d’abstinence et autres pêchers interdits !

Une Eglise prête à tout pour moderniser son image

Grâce à ce coup marketing, l’Eglise espère avant tout rafraîchir, « déringardiser » son image. Les 6 évêques normands confient ainsi vouloir élargir leur public et atteindre une cible nouvelle : les 18 à 40 ans. Le choix d’un site de rencontre plutôt récent et prisé par les jeunes, refléterait ainsi leur volonté de se montrer proches d’eux, de leur mode de vie, de leurs codes. A l’ère des réseaux sociaux et des rencontres en ligne, la « Maison de Dieu » entend faire savoir qu’elle aussi, vit avec les progrès de son temps.

Parce que ouais le Pape est ouvert, ouais le Pape est cool : il surfe sur le web et a même un compte officiel sur twitter. Ouais le Pape aime le Djeuns… (Il a juste un peu de mal avec un petit bout de latex qui peut lui sauver sa vie de Djeuns).

La collecte du denier ne fait plus recettes ? Qu’à cela ne tienne. La religion est un business comme les autres. Les dévotes adopteront un curé/évêque/diacre/pape, que sais-je encore, tandis que L’Eglise, quant à elle, « adoptera » une statégie marketing plus propice à sa croissance.
Ce, quitte à renier éhontément ses valeurs fondamentales.

Il y a de l’idée là-dedans… Mais surtout beaucoup d’hypocrisie.

L’hypocrisie au service de la cupidité

L’argent saint n’a pas d’odeur. C’est pourquoi, les hommes de dieu n’hésitent pas à mettre de l’eau dans leur vin, allant même jusqu’à plébisciter – via une campagne racoleuse – des valeurs aux antipodes de celles habituellement prônées par les catholiques.

Qu’elle semble bien renvoyée pour toujours au temps jadis, cette conception poussiéreuse de la relation homme-femme, bâtie sur des principes obsolètes de chasteté ante-nuptiale, d’engagement mutuel, de fidélité, etc… Money is money : L’Eglise semble décidément prompte à remiser au placard ses vieilles lubies sur le couple, promouvant désormais des relations libres et légères où l’amour se consomme en un clic.

Tout juste l’Eglise devra t-elle encore faire l’effort de se dérider un peu en matière de contraception, afin de rendre cette affligeante mascarade plus crédible.

Car cette pathétique vidéo pseudo-humoristique laisse à penser que l’Eglise, à l’instar du site Adopte un mec, confère aux femmes un certain pouvoir décisionnel. Un comble lorsque certains catholiques sont aujourd’hui encore (tiens, plus d’humour sur ces questions-là?) réticents à donner aux femmes, ne serait-ce que le droit de disposer de leur propre corps en cas de grossesse non désirée. Et plus généralement, la religion catholique – soyons tout-à-fait honnête – n’a jamais fait référence en matière de considération de la femme au sein de la famille, de la société et encore moins au sein de l’Eglise (A quand, d’ailleurs, les femmes prêtres?)

Bref, entre luxure, cupidité et hypocrisie, la nouvelle campagne publicitaire de l’Eglise Normande, nous rapproche finalement plus des 7 péchés capitaux, que de l’image idyllique dont elle voudrait bien se parer.

Vendre son âme au diable pour renflouer les caisses de Dieu, soit… Reste maintenant à savoir si ce nouveau concept marketing s’avérera ou non payant.

 

Par défaut